Permanences au presbytère de Septeuil

Père Joseph : le jeudi

de 10 h à 12 h

Accueil : Mardi-mercredi-vendredi
14 h 30 à 17 h
Jeudi
10h à 12h de 14 h 30 à 17 h

 

Messes de la semaine

Mercredi
16 h 30 à la résidence L. Bellan de Septeuil.
Jeudi
8 h 45 messe à l’église de Septeuil
Vendredi
17 h à la clinique de Goussonville

Hargeville

78790 Hargeville
409 habitants - Mairie 01 30 42 60 93

Eglise Saint André 
XVIIe et XVIIIe siècle – Meulière et grès
Capacité : 200 places assises

Horaires des messes :

2e dimanche 9 h 30

 


HISTORIQUE

La terre d’Hargeville a donné son nom à une puissante famille chevaleresque du Mantois, citée dès la fin du XIe siècle par Orderic Vital. Dès le siècle suivant, elle figure au nombre des vassaux du comte de Montfort. A la fin du XIIe siècle, l’un de ses membres est templier demeurant au prieuré de Prunay-le-Temple; au début du XVe siècle, un autre est bailli d’Evreux; en 1518, un troisième est abbé de Coulombs. Outre Hargeville, cette famille est à la tête des seigneuries de Béhoust et de Garancières. Après un court intermède à la charnière des XV° et XVI° siècle, les Hargeville sont seigneurs du lieu juqu’au XVIIIe siècle. La paroisse d’Hargeville, érigée seulement en 1706, est supprimée en 1851 et réunie à Arnouville. L’agglomération n’envoie pas de délégués aux états généraux de 1789. La commune qui appartenait naguère au canton d’Houdan, est rattachée d’abord au canton de Mantes en 1962, puis en 1968 à celui de Guerville.

oc. Page 262

La paroisse est érigée dès le XIe siècle. D’après les pouillés ecclésiastiques, la première église d’Hargeville aurait été bâtie au XIIe siècle. Remaniée au XVIIe, l’église est reconstruite en 1706 en tant que chef lieu de paroisse, puis réduite en 1851 à l’état d’annexe d’Arnouville. Elle comporte une construction très simple, épaulée par des contreforts ; l’édifice est couvert de tuiles, avec un clocher entièrement recouvert d’ardoises, qui, abrite une cloche refondue en 1673.

L'apôtre André est le deuxième apôtre cité par Matthieu et Marc. On lui donne le titre de "Protoklite" ou "Premier appelé" (par le Seigneur).

André est né à Bethsaïde, en Galilée, sur les bords du lac de Tibériade. Avec son frère Simon, il était pêcheur. Recherchant Dieu, il avait d'abord été le disciple du prédicateur Jean le Baptiste, qui l'avait certainement baptisé. Lorsque Jean-Baptiste désigna Jésus-Christ en disant : « Voici l'agneau de Dieu », « l'agneau de Dieu qui l'emporte sur les péchés du monde » (Jean I:29-40), il le suivit et ne le quitta plus. Il fut ainsi premier disciple appelé par Jésus-Christ.

André servit souvent d'intermédiaire. Il présenta notamment son frère Simon à Jésus ; puis, lors de l'épisode de la multiplication, il amena le jeune garçon portant les cinq pains et les deux poissons ; lorsque des Grecs voulurent rencontrer Jésus, c'est encore à lui qu'ils s'adressèrent.

 

Crucifixion de Saint-André

Après la Pentecôte, il partit prêcher l'Évangile, au cours d'un long voyage, tout autour des côtes de la mer Noire. Ses voyages l'amenèrent en Bithynie (côte turque), à Éphèse, en Mésopotamie, en Ukraine actuelle, en Thrace (région entre le Bosphore et le Danube), à Byzance et finalement en Achaïe (région au nord du Péloponnèse), où il finit crucifié, sous l'empereur Néron, à Patras, en l'an 60. La croix de supplice sur laquelle il a été crucifié était en forme de X, ce qui a donné le nom de croix de Saint-André.

Au IVe siècle, ses reliques furent transportées à Constantinople, mais reposent aujourd'hui à Amalfi en Italie.

Dans les années soixante, une grande partie des reliques du saint et de sa croix furent restituées à l'Église de Grèce. Dans la ville de Patras, on construisit une grande église pour les abriter.

L'attribut de saint André

est la croix à branches égales, dite croix de saint André, sur laquelle il fut martyrisé. Parfois, l'ancien pêcheur de Galilée tient un grand filet d'où émergent des têtes de poissons

 

Actualités